20 Août : C’est moi qui te guéris (Méditation)

Report

Report


Évaluations

0 %

Score de l'Utilisateur

0 notations
Noter Ceci

Descriptions:

Il y a tellement de choses que l’homme ignore à propos de lui-même : sa constitution spirituelle, comment il fonctionne au jour le jour, qu’est-ce qui occasionne ses troubles, etc… Et cette ignorance n’est pas anodine car elle est à l’origine de toutes les misères de l’humanité depuis la nuit des temps. C’est en constatant les désastres engendrées par ce déficit de sagesse au temps de l’Église Israélite que le Seigneur, par la bouche de son prophète Osée, a prononcé cette phrase : « Mon peuple périt, faute de connaissance » (Osée 4, 6). Et ceci est encore vrai aujourd’hui. En effet, la grande majorité des humains, de nos jours, a une méconnaissance totale de son identité parce que le monde a rejeté le Créateur de l’univers pour s’attacher à la matière. Et pourtant, tout notre salut ne peut passer que par Dieu et par la connaissance de la foi en Lui car c’est Lui qui nous a créés !

Quiconque analyse le contexte géopolique et sociétal du monde, de nos jours, peut constater qu’il y a beaucoup de souffrances. Il n’y a plus de paix ni de joie dans les coeurs. Les maladies mentales déclarées s’accroissent tandis que celles non déclarées explosent. Chacun pourrait même se demander s’il n’est pas malade… car chaque fois que nous sommes submergé par des soucis, des émotions, des souffrances de toutes sortes, nous sommes malades. Ainsi, dans notre société, il y a donc plus d’un qui sont réellement malades et qui l’ignorent totalement. Dans ce sens, Jules Romains n’a-t-il pas raison d’écrire que « Tout bien portant est un malade qui s’ignore » (Knock ou le Triomphe de la médecine, 1923) ?

Aujourd’hui, le Christ nous dit que c’est Lui qui nous guérit. Mais cette affirmation est-elle surprenante ? Absolument pas, quand on est sait que nous sommes un esprit recouvert de matière et que c’est par cette âme vivante que nous faisons tout : aimer, penser, parler, bouger, bref, vivre. De même, on sait tous que notre esprit ne peut vivre que par l’influx continuel du Divin Amour. C’est en effet l’Amour de Dieu qui fait battre notre coeur ! C’est pourquoi Jésus disait dans la Parole : « Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire » (Jean 15, 5). Si Dieu cesse de verser son Amour dans notre coeur (Romains 5, 5), pourrait-il continuer de battre ? Et qui pourrait continuer à vivre si son coeur cesse de battre ?

Chers frères et soeurs, notre esprit est la clé de notre bien-être spirituel et physique. Car c’est lui qui nous fait vivre, littéralement. En effet, on peut constater, par expérience, que quiconque peut guérir de n’importe quelle maladie s’il ravive sa vie intérieure et se confie à Dieu. C’est pourquoi le Dr Édouard Bach dit : « La maladie est essentiellement le résultat d’un conflit entre l’âme et le mental, et ne sera jamais éradiquée, sauf par effort spirituel et mental » (Heal Thyself, 1931). Or, le mental est spirituel et ne peut être regénéré que par l’Esprit Saint. C’est donc clair que l’homme détient la clé de sa puissance, mais uniquement lorsqu’il se tourne vers Dieu.

Bien aimé dans le Seigneur, veux-tu aller mieux ? Il est d’une importance capitale de prendre un temps pour méditer sur cette question car elle nous conduit vers la Lumière. Mais n’y allons pas d’une réponse verbale car, assez souvent, nous disons OUI de la bouche alors que notre coeur dit NON. Si, à l’instar de la Vierge Marie, nous disons un Oui sincère et convaincu, nous pourrons nous abandonner au Seigneur et Il pourra nous guérir de toutes nos maladies.

Bonne méditation.

Pour vous inscrire directement aux publications, veuillez cliquer ici :

S’abonner

Si vous voulez vous inscrire sur le site (afin d’être en mesure de poster des commentaires) et pour les publications, veuillez cliquer ici : Inscription

1 Item

Auteurs

Eric Vitouley

Ingénieur de formation, chrétien catholique pratiquant, musicien et directeur de chorale, je me suis toujours intéressé à la vie, à la foi et aux questions existentielles. Pour moi, l'homme est créé par un Dieu de tout amour, infiniment bon qui a su tout mettre en oeuvre pour qu'il vive dans un monde juste en créature épanouie. Il n'y a donc aucune raison, externe à l'homme, qui justifierait sa misère. L'univers regorge de tout ce dont nous avons besoin pour vivre en paix, en joie et dans un bonheur constant. Mais nous devons trouver comment entrer dans la révélation de ce trésor.
1 Item

Co-Auteurs

Sarah Young

Sarah Young est née en 1946 à Nashville dans le Tennessee. Missionnaire chrétienne, elle découvre sa conversion au Christ Jésus et commence à prier en prenant des notes sur un cahier. Elle se rend vite compte qu'un dialogue se crée entre elle et le Seigneur. Son livre "Un moment avec Jésus" est un best-seller. En France Olivier Giroud, joueur de football français, déclare lire le texte du jour chaque matin.
1 Item

Artistes

Serge Gnakalé

En Côte d’Ivoire, Serges Gnakalé fait partie des auteurs et compositeurs les plus prolixes de la musique chrétienne. Maître de chœur et compositeurs de nombreuses chorales, ce chanteur célèbre, cette année, ses 33 ans de carrière musicale. À 51 ans dont 33 au service de chorales catholiques, Serge Sahuié Gnakalé compte un peu plus de 500 compositions qu’il a mis sur partition. « C’est le Seigneur qui m’a appelé à sa louange, et pour moi le chantre est une personne consacrée », confie-t-il avec sourire. En 2006 quand j’ai arrêté de faire le décompte j’étais à 1 000 compositions. J’ai pu mettre un peu plus de 500 sur partition électronique. Désormais j’attends de les mettre sur CD avant de donner les partitions. » Titulaire du diplôme de fin de premier cycle du Conservatoire national de musiques d’Abidjan. Serge Gnakalé est chantre, mais également formateur de chantres et de maîtres de chœurs. L’artiste est par ailleurs infographe et a travaillé pour le site Internet de la présidence ivoirienne. Célèbre pour ses chants exécutés en bété sa langue maternelle parlée dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, Serge Gnakalé est issu d’une famille catholique. Ce sont ses parents qui le font baptiser bébé en 1968 à Gagnoa (ouest) et lui transmettent la foi catholique.

Maître de chœur

C’est dans cette ville que Serge passe son enfance en vivant sa passion pour la musique. Même s’il chantait et composait des chansons depuis son enfance, c’est en 1984 que débute son aventure avec la chorale. « J’ai été invité à la chorale par le père Achille Dackouri alors maître de chœur et grand séminariste à participer en tant que ténor au concours national Vacances culture dans la discipline chorale, explique-t-il. J’ai dû également mettre à l’ouvrage mon talent de compositeur parce qu’on devait chanter inédit et non religieux. » Pendant trois ans, il participe avec cette chorale à ce concours national où en 1986 et 1987, il est finaliste et se classe deuxième. Après cette expérience, Serge intègre la chorale des jeunes de la paroisse Sainte-Marie-de-Babré, le quartier de Gagnoa où il vivait avec sa famille. Mais au bout de deux ans dans cette chorale, il reçoit une proposition de ses amis de la cathédrale Sainte-Anne de Gagnoa avec lesquelles il participait à Vacances culture. Ceux-ci lui demandent de venir remplacer le maître de chœur, un grand séminariste, qui doit partir. « Ça a été une autre étape importante dans ma carrière car là les choses devenaient sérieuses vu que celui que je venais remplacer avait une grande expérience, commente-t-il. Mais grâce au Seigneur les compositions se sont faites plus claires. »

Albums

À la tête de cette chorale, il compose de nombreux chants dont les plus célèbres sont entre-autres « Fouégnon » un chant d’offertoire exécuté en bété (sa langue maternelle), « par ton corps et par ton sang », « je crie vers toi mon Dieu ». C’est avec cette chorale qu’il enregistre en 1991 un premier album. Arrivé à Abidjan, il sera également choisi, entre 1991 et 2004, comme maître de chœur simultanément à la paroisse Saint-Jean de Cocody et du groupe musical Les Voix de l’Amour. Avec ce groupe musical, il enregistre 4 albums dont il est le principal auteur-compositeur : « guéris ce pays » en 1992, « à qui irions-nous ? » en 1994, « allez proclamer » en 1996 et « rendez grâce » en 1999. À partir de 2004, Serge Gnakalé met sur pied son propre groupe musical « Le chœur louange éternelle ». Il en est à son 4e album personnel avec ce groupe. Avec son dernier album « crie de joie » sorti fin 2018, Serge Gnakalé sillonne les paroisses ivoiriennes pour célébrer ses 33 ans au service de la louange.

Laisser un Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.