30 Septembre : Chaque instant est un don précieux (Méditation)

Report

Report


Évaluations

92 %

Score de l'Utilisateur

3 notations
Noter Ceci

Descriptions:

Que le monde entier soit conditionné par le temps, on le sait bien. On peut, en effet, voir que tout est programmé, planifié. Le fonctionnement des institutions et entreprises est fondé sur des grilles horaires sans cesse changeantes selon les événements et les situations. Que l’homme, vivant en société, soit aussi conditionné par le temps, voilà qui paraît évident. Puisque les conditions de vie de l’homme sont intimement liées à l’évolution du monde. Mais ce conditionnement est-il toujours bénéfique à l’homme ? L’esprit de l’homme est-il conçu pour dépendre du temps ?

Depuis notre tendre enfance, en passant par l’école et le marché du travail, nous avons appris à planifier et respecter le temps. Certes, le temps et ses subdivisions, le présent, le passé, le futur et les saisons sont très pratiques, en ce monde, pour comprendre certains phénomènes et organiser la vie. Mais quand on y réfléchit de près, maintes difficultés, dans la vie de l’homme, sont causées par l’utilisation abusive du temps : les maladies liées à l’inquiétude ou au stress sont en tête de liste !

En effet, petit à petit, l’esprit de l’homme est sorti de sa maison (c’est à dire le coeur) pour explorer la matière. Au fil des siècles, il s’est habitué donc à esquiver le moment présent, pour aller dénicher les tristesses du passé ou chercher du reconfort dans le futur. Or, le passé est passé, et s’inquiéter des choses passées n’apporte rien de bon à l’instant présent ! Et le futur n’appartient pas à l’homme puisque rien, en nous, ne nous permet de prédire l’avenir ! Alors, sachant cela, pourquoi se soucier du lendemain ? Pourquoi faire des plans dans l’avenir et vouloir coûte que coûte que ces plans se déroulent selon nos prédictions ? N’est-ce pas dans le moment présent que le Seigneur nous attend pour nous combler de nos besoins ?

Si l’homme est incapable de vivre dans le moment présent, c’est parce qu’il ne veut pas s’abandonner à la Divine Providence. Car l’Ordre Divin, c’est que nous mettions notre confiance dans le Seigneur pour qu’à chaque instant, Il nous comble de nos besoins. Évidemment, dans sa folie, l’homme a voulu se séparer de Dieu et accumuler des richesses matérielles par ses propres moyens afin de s’assurer un avenir meilleur. Mais l’apôtre Jacques nous met en garde : « A vous maintenant, qui dites: Aujourd’hui ou demain nous irons dans telle ville, nous y passerons une année, nous trafiquerons, et nous gagnerons! Vous qui ne savez pas ce qui arrivera demain! car, qu’est-ce que votre vie ? Vous êtes une vapeur qui paraît pour un peu de temps, et qui ensuite disparaît. Vous devriez dire, au contraire: Si Dieu le veut, nous vivrons, et nous ferons ceci ou cela. » (Jacques 4, 13-15).

Et c’est vrai, l’homme ne se connait même pas lui-même. C’est tout à fait notre manque de connaissance qui nous fait périr (Osée 4, 6). Car si nous savions quelle est notre constitution spirituelle et les entités dont nous sommes formées, nous nous rendrions effectivement compte que nous ne pouvons voler de nos propres ailes. Ceci paraît bien évident, puisqu’il y a tellement de choses qui échappent à notre intelligence. Ces limites inhérentes à notre condition humaine, le Seigneur les connait. Et elles sont drastiques, les conséquences néfastes que les planifications excessives ont sur nous. C’est pourquoi le Christ nous dit : « Ne vous souciez pas du lendemain car le lendemain prendra soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. » (Matthieu 6, 34). Par ces mots, le Seigneur veut nous faire comprendre que Lui seul connait l’avenir et que nous devons nous appuyer sur Lui pour en découvrir la teneur.

Aujourd’hui, le Christ nous réitère une vérité absolue : Il est là, dans notre coeur, pour nous combler de nos besoins à chaque instant de notre vie. Dieu ne nous demande pas d’accumuler des choses. Il ne nous demande pas, non plus, de contrôler le monde. Tout ce qu’il désire, c’est que nous venions en sa présence pour que jour après jour, instant après instant, il déroule notre avenir devant nous !

Bonne méditation.

Pour vous inscrire directement aux publications, veuillez cliquer ici :

S’abonner

Si vous voulez vous inscrire sur le site (afin d’être en mesure de poster des commentaires) et pour les publications, veuillez cliquer ici : Inscription

1 Item

Auteurs

Eric Vitouley

Ingénieur de formation, chrétien catholique pratiquant, musicien et directeur de chorale, je me suis toujours intéressé à la vie, à la foi et aux questions existentielles. Pour moi, l'homme est créé par un Dieu de tout amour, infiniment bon qui a su tout mettre en oeuvre pour qu'il vive dans un monde juste en créature épanouie. Il n'y a donc aucune raison, externe à l'homme, qui justifierait sa misère. L'univers regorge de tout ce dont nous avons besoin pour vivre en paix, en joie et dans un bonheur constant. Mais nous devons trouver comment entrer dans la révélation de ce trésor.
1 Item

Co-Auteurs

Sarah Young

Sarah Young est née en 1946 à Nashville dans le Tennessee. Missionnaire chrétienne, elle découvre sa conversion au Christ Jésus et commence à prier en prenant des notes sur un cahier. Elle se rend vite compte qu'un dialogue se crée entre elle et le Seigneur. Son livre "Un moment avec Jésus" est un best-seller. En France Olivier Giroud, joueur de football français, déclare lire le texte du jour chaque matin.
1 Item

Artistes

Jean-Claude Gianadda

Jean-Claude Gianadda, né le 8 janvier 1944, enseignant, directeur de collège à la retraite, est un auteur, compositeur et interprète français. Spécialisé dans les chants religieux, il est l'auteur de chansons chrétiennes , comme Trouver dans ma vie ta présenceChercher avec toi dans nos vies MarieLoveRêve d'un monde ou Qu'il est formidable d'aimer. Jean-Claude Gianadda chante depuis 1977. Il a enregistré une cinquantaine de disques. Ses premiers musiciens sont des accompagnateurs de qualité : les frères Lalanne (Francis qui avait quinze ans à l'époque, René et Jean-Félix). C'est en 1994 qu'il décide d'abandonner le métier d'enseignant qui lui plaisait tant pour se consacrer à cette " mission d'Église " de " Troubadour du Bon Dieu ". Pour en savoir plus, cliquer sur la photo...

Laisser un Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *