1er Novembre : Ton coeur aspire à ma présence (Méditation)

Report

Report


Évaluations

100 %

Score de l'Utilisateur

1 notation
Noter Ceci

Descriptions:

Dans notre vie ici-bas, il arrive parfois que nos efforts ne soient pas suffisants pour accomplir le progrès que nous désirons. Sur nos chemins, les obstacles peuvent se dresser partout : à la maison ou au travail, en communauté ou même dans notre propre bulle individuelle, nous ne sommes nulle part épargné des attractions et pièges mondains. A ce propos, Paul dit : « je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais, c’est le péché qui habite en moi. Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi » (Romains 7, 19-21).

Le péché, encore connu sous le vocable « attachement à la matière » est quelque chose d’inhérent à notre condition humaine sur terre. Notre corps, enveloppe qui nous protège et qui nous permet aussi d’interagir avec le monde autour de nous, nous lie aussi à la matière. Et parfois, il faut être bien vigilant pour ne pas se laisser entrainer par toutes les attirances qu’il exerce sur nous. Si donc, à un moment donné, nous manquons de vigilance, c’est la mal qui prend le dessus et nous sommes découragé. Nous avons l’impression de ne pas avancer malgré nos belles promesses à Dieu…

Mais aujourd’hui, le Christ nous demande de ne pas nous laisser abattre par ces difficultés. Nous devons garder nos yeux fixés sur Lui qui est le chemin. Il nous demande de ne pas nous alarmer ou nous inquiéter quand nous échouons. Nous devons plutôt nous relever et continuer la marche. Car, il est écrit dans la Parole : « Ceux qui tombent, tu les reprends peu à peu, tu les avertis, tu leur rappelles en quoi il pèchent, pour qu’ils se détournent du mal et croient en toi, Seigneur » (Sagesse 12, 2). Nous avons donc un Dieu de tout Amour qui ne nous laisse jamais tomber. Il est toujours là quand pour nous tenir la main. Et à chaque fois que nous décidons, en retour, de prendre sa main et venons en sa présence, c’est déjà une victoire, un pas de géant vers la perfection à laquelle nous aspirons !

Bonne méditation.

Pour vous inscrire directement aux publications, veuillez cliquer ici :

S’abonner

Si vous voulez vous inscrire sur le site (afin d’être en mesure de poster des commentaires) et pour les publications, veuillez cliquer ici : Inscription

1 Item

Auteurs

Eric Vitouley

Ingénieur de formation, chrétien catholique pratiquant, musicien et directeur de chorale, je me suis toujours intéressé à la vie, à la foi et aux questions existentielles. Pour moi, l'homme est créé par un Dieu de tout amour, infiniment bon qui a su tout mettre en oeuvre pour qu'il vive dans un monde juste en créature épanouie. Il n'y a donc aucune raison, externe à l'homme, qui justifierait sa misère. L'univers regorge de tout ce dont nous avons besoin pour vivre en paix, en joie et dans un bonheur constant. Mais nous devons trouver comment entrer dans la révélation de ce trésor.
1 Item

Co-Auteurs

Sarah Young

Sarah Young est née en 1946 à Nashville dans le Tennessee. Missionnaire chrétienne, elle découvre sa conversion au Christ Jésus et commence à prier en prenant des notes sur un cahier. Elle se rend vite compte qu'un dialogue se crée entre elle et le Seigneur. Son livre "Un moment avec Jésus" est un best-seller. En France Olivier Giroud, joueur de football français, déclare lire le texte du jour chaque matin.
1 Item

Artistes

Jean-Claude Gianadda

Jean-Claude Gianadda, né le 8 janvier 1944, enseignant, directeur de collège à la retraite, est un auteur, compositeur et interprète français. Spécialisé dans les chants religieux, il est l'auteur de chansons chrétiennes , comme Trouver dans ma vie ta présenceChercher avec toi dans nos vies MarieLoveRêve d'un monde ou Qu'il est formidable d'aimer. Jean-Claude Gianadda chante depuis 1977. Il a enregistré une cinquantaine de disques. Ses premiers musiciens sont des accompagnateurs de qualité : les frères Lalanne (Francis qui avait quinze ans à l'époque, René et Jean-Félix). C'est en 1994 qu'il décide d'abandonner le métier d'enseignant qui lui plaisait tant pour se consacrer à cette " mission d'Église " de " Troubadour du Bon Dieu ". Pour en savoir plus, cliquer sur la photo...

Laisser un Commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *